Pourquoi et comment adopter le travail dit « collaboratif » au sein d’un cabinet d’expertise-comptable ?

Publié dansInnest
Outils collaboratifs, plateformes collaboratives, suites collaboratives… La collaboration est toujours associée aux solutions digitales, mais c’est d’abord un cadre de travail. Que faut-il mettre en place dans votre cabinet pour y parvenir, pourquoi et comment ? L’éclairage de Marie-Pierre Dequier, cofondatrice de CollectivZ, dispositif d’activation de l’intelligence collaborative.

Collaboration : de quoi parle-t-on ?

Le travail collaboratif consiste à œuvrer ensemble pour une chose qui nous dépasse et qu’on ne peut pas réaliser seul. « La collaboration ne se décrète pas, il faut accepter que cela prenne beaucoup de temps au début, mais pour des résultats incomparables au fil du temps », précise Marie-Pierre Dequier. Terme souvent associé à la technologie dans des contextes de transformation numérique, la collaboration est avant tout un enjeu humain.

80 % des salariés* estiment que le travail en équipe est plus bénéfique à l’entreprise que le travail individuel et 54 % souhaiteraient avoir plus d’occasions de collaborer.
– Les entreprises qui savent donner du sens et de l’autonomie aux collaborateurs sont 25 % plus performantes**.

Ramener le digital à sa juste place

Selon l’étude Aristote dévoilée par Google en 2016, le seul ingrédient indispensable pour qu’une équipe soit performante c’est la sécurité psychologique qui permet à chacun d’échanger librement sur ses problèmes au sein de l’équipe sans se sentir jugé. « C’est un aspect que les fameux “outils collaboratifs” peuvent faciliter, à condition d’être utilisés avec la bonne intention », précise Marie-Pierre Dequier.
Slack pour créer des environnements de communication par thématiques et y lier des documents, Trello pour gérer les tâches des chantiers au long cours en mode agile, WhatsApp pour partager l’information de manière transparente et nomade, le stockage en ligne pour centraliser la documentation, et travailler à plusieurs sur un même document, un extranet qui permet à chaque client de consulter et télécharger ses documents… Quel que soit l’outil retenu, les structures de taille moyenne et même les grands groupes ont tout intérêt à opter pour la souplesse du Cloud et des logiciels en ligne ! Marie-Pierre Dequier rappelle également deux autres fondamentaux du travail collaboratif : un matériel de qualité (smartphones, ordinateurs portables, etc.) et des espaces de travail agréables (salles bien éclairées, espaces de convivialité…).

4 règles d’or pour un cabinet plus collaboratif

1. Le « gagnant-gagnant » : les collaborateurs doivent trouver dans la vision collective un écho à leurs motivations personnelles.
2. La relation humaine avant le contrat : bien que cela puisse sembler dangereux à des professionnels du chiffre, il s’agit bien d’appliquer les 5 règles de l’intelligence collective, à savoir : écouter avec attention, parler avec intention, faire confiance a priori, être bienveillant, respecter le cadre.
3. Incarner : en tant que dirigeant, vous êtes garant du cadre collaboratif décrit ci-avant !
4. Fixer les limites : s’il existe des périmètres sur lesquels vous ne souhaitez pas « collaborer » (un client stratégique, la tarification des prestations…), dites-le clairement !

Sources :
* https://www.forbes.fr/management/changer-d-organisation-pour-instaurer-la-collaboration-en-entreprise/
** Frédéric Laloux « Reinventing organizations » – Éditions Diateino

Marie-Pierre Dequier

Cofondatrice de CollectivZ